dans le sac à dos d'Auriane

L'écomusée de Marquèze

L’écomusée de Marquèze est situé dans le petit village de Sabres, à environ 45 minutes de Biscarrosse et 30 minutes de Mimizan. Je décide d’y poser mon sac à dos pour la journée.

Je récupère mon billet à l’entrée ainsi que le plan du site (il me sera très pratique vous verrez !). Ils proposent des réductions pour les étudiants ainsi que pour les enfants. Des Pass Doble sont également disponibles (pour 3€, vous pouvez revenir) et il est possible de réserver ses places en ligne. Je me dirige vers la gare où un très beau train d’époque m’attend. Et oui, un train ! Je m’installe dans l’un des wagons, j’entends le « tuut-tuut » du train d’antan et c’est parti.  Je suis tout de suite charmée par cette atmosphère qui me fait remonter le temps !

Je pars de la gare de Sabres et je traverse les paysages landais : des lignes de pins à perte de vue, c’est le charme du parc naturel des Landes de Gascogne. Le train est bringuebalant, j’ai vraiment  l’impression de partir en voyage pour rejoindre ma famille à l’autre bout du pays !

Le train ralentit après une dizaine de minutes de trajet. J’arrive enfin dans ce hameau landais qui me promet de belles surprises. En descendant du train, une voix au micro nous indique de rester quelques minutes pour avoir plusieurs informations sur le site. Il est interdit de fumer dans le parc, des cendriers sont mis à la disposition des visiteurs à l’accueil. Les horaires des trains pour le retour sont indiqués à cet emplacement, il y en a toutes les 40 minutes sauf entre 12h30 et 14h. La visite de l’écomusée de Marquèze peut se faire de deux façons : soit librement, soit à l’aide d’un guide pendant une heure. Cette visite guidée vous permet de comprendre parfaitement l’histoire des lieux même si des fiches et des panneaux explicatifs sont disposés partout.

Je décide de faire une visite libre. Munie de mon plan je me dirige tout d’abord vers la rivière (à l’arrière du point d’accueil). Je passe à côté d’un impressionnant rucher qui bourdonne très bien puis je me retrouve face à quelques habitations et un moulin à eau. Je rencontre le meunier qui n’hésite pas à répondre à mes questions concernant le fonctionnement du moulin, je visite sa maison meublée et décorée ainsi que son potager et ses légumes d’antan. Je suis conquise par cette atmosphère : j’entends quelques voix au fond de la maison, il me semble entendre un vieux patois, il y a cette odeur particulière aux vieilles maisons qui me plonge directement dans cette vie des siècles derniers. En traversant un petit pont, j’arrive à la borde des sorcières. Cette belle maison en toit de chaume est très sombre, je me demande même si je ne vais pas déranger la sorcière qui vit dedans ! Je ne vois pas tout de suite, au sol, des empreintes en forme de pied, en me positionnant dessus, des objets s’illuminent, s’animent apportant cette atmosphère inquiétante que peut provoquer les comtes de sorcières !

Je pars ensuite en direction de l’airial, c’est là que beaucoup d’activités se concentrent. Je sens les bonnes odeurs du four à pain, de la farine et je découvre les produits du boulanger : pastis landais, pains de toute sort, petits pains. La vitrine donne envie ! Je me dirige vers la maison de maître, j’apprends leur mode de vie, le déroulement de leurs journées de travail et l’architecture particulière de leurs maisons qui indique leur rang. Ces maisons sont superbes, la glycine apporte beaucoup de charme aux bâtiments et le cadre est très authentique.

Je passe à côté de la bergerie où les montons vagabondent librement autour de moi, je découvre le cycle de la nature grâce à l’exposition permanente : de vieux objets, des panneaux m’expliquent ce que la terre donne et comment les agriculteurs peuvent l’obtenir et je m’imprègne de l’histoire de ces personnes d’un autre temps. Je suis d’ailleurs impressionnée par l’habit traditionnel du berger !

Je me dirige ensuite vers le champ où des vaches attelées moissonnent le blé à l’ancienne. Je remonte totalement le temps, les paysans sont en habits d’époque et ils parlent également patois. J’adore cette atmosphère !! Je rencontre d’autres artisans qui n’hésitent pas à partager leur savoir-faire, je rentre dans la basse cour où je découvre les oies, les canards, les poules et les poussins. Mon endroit préféré a été la grange des naissances : de l’œuf au poussin il n’y a qu’un pas ;) C’est très mignon et très ludique ! Plusieurs animations sont proposées par les artisans, il vous suffit de regarder les horaires inscrits sur la grange des naissances.

L’écomusée de Marquèze est un lieu idéal pour connaitre la culture et le patrimoine landais de nos ancêtres. Ludique, pédagogique, interactif, le site est un lieu rêver pour les petits comme les grands. Je me suis amusée à découvrir cette vie d’antan, les coutumes et le travail quotidien de ces landais. Le parc est agréable et la scénographie est superbe. Je me suis cru dans une autre époque pendant tout mon parcours. Plusieurs points de restauration sont disposés dans le parc : un restaurant, une buvette et l’Estanquet où l’on peut manger des plateaux de charcuterie du pays.

Je conseille à tout le monde de passer une journée entière à l’écomusée de Marquèze, on ne s’y ennuie pas. J’en ressors émerveillée et j’y serai bien restée ! C’est une belle immersion dans le temps ! Des nocturnes se déroulent durant l’été, spectacle garanti !! La boutique est aussi intéressante que le village, je retrouve des peluches, des vêtements, des produits artisanaux et du terroir.

N’hésitez pas, également, à visiter l’exposition temporaire (jusqu’au 5 novembre 2017) située en face de la gare de Sabres. Les photos d’antan de Félix Arnaudin, retraçant la vie quotidienne des landais de 1900, vous permettront d’admirer des paysages et modes de vie disparus.

A bientôt dans le passé !


Lécomusée de Marquèze
Lécomusée de Marquèze
Lécomusée de Marquèze
Lécomusée de Marquèze
Lécomusée de Marquèze
Lécomusée de Marquèze
Lécomusée de Marquèze
Lécomusée de Marquèze
Lécomusée de Marquèze
Lécomusée de Marquèze
Lécomusée de Marquèze

#musée #patrimoine #terroir


Retour à la page "Dans le sac à dos d'Auriane"